BLITZ!

TEARS FOR FEARS « The Hurting »

(Deluxe Edition/ Special Edition 30th Birthday)

(1983 Mercury- 2013 Universal)

1983, l´âge d´or de la new-wave. Cette année là paraît un ovni, un disque désormais culte : « The Hurting » de Tears For Fears.

Roland Orzabal (chant, guitares, synthés) et Curt Smith (Chant, basse, synthés) se sont rencontrés sur les bancs de l´école. Tous deux issus de familles mono-parentales, ils se trouvent impliqués dans la scène ska au sein de « Graduate », mais leur passion commune pour l´écrivain Arthur Janov, auteur du « Cri Primal » (« Primal Scream » dans la langue de Shakespeare) les amène à fonder Tears For Fears en 1981, 4 singles suivront.

Le premier d´entre eux, « Suffer The Children » (à la pochette identique à celle de « The Hurting », mais en noir et blanc), sera décliné en maintes versions (dont une instrumentale). Le 2ème, que tout le monde a déjà entendu au moins une fois, c´est la première version de « Pale Shelter » (qui sera un hit dans le top ten anglais en 1982). En août 1982 paraît « Mad World » (qui se classera no3 dans les charts), suivi fin novembre de « Change » (4ème au top), puis de la 2ème version de « Pale Shelter » en avril 1983 (5ème position cette fois-ci).

Suite à ces succès, les 2 complices sortent à la fin de l´année l´album « The Hurting » (l´un des chapitres du « Cri Primal ») après 18 mois de travail et plusieurs producteurs, qui ouvre avec le titre éponyme et se referme de fort belle manière avec « Start of The Breakdown » (le début de la dépression). Album intègre avec des hits potentiels tels que « Watch Me Bleed » ou « Memories Fade » qui font de ce disque l´un des grands crûs de cette année 1983.

B - Sides & Remixes :

Le 2ème CD démarre avec le 1er single, « Suffer The Children », chanté par Roland avec sa sœur Caroline aux chœurs, dans une version différente de celle de l´album (nous sommes en octobre 1981 !) et enchaîne avec la première version de « Pale Shelter » (sous titrée « You Don´t Give Me Love »), suivie de « Prisoner » (sa face B) et de « Ideas As Opiates » (une autre face B, celle de « Mad World »). On repart sur les singles, avec la « new version » de « Change » et le « remix » (version 12” single en fait) de « Suffer The Children » (dans une version plus aboutie).

Suivent les versions 12” remixes de « Pale Shelter » (dans sa 1ère version), de « Mad World » et de « Change » (version « extended »). On repart sur la version 12” de « Pale Shelter » (version « extended » de celle de l´album!), puis la version « instrumental » de « Suffer The Children » (qui cette fois se rapproche de la version album), suivie de la version 7” de « Change » et l´on revient aux faces B, avec celle de « Suffer The Children » (« Wino », un titre calme joué à la guitare accoustique), de « Change » (avec « The Conflict », qui date de novembre 1982) et celle de la « new version » de « Pale Shelter » (intitulée « We Are Broken », un titre étrange, qui sera revisité sur l´album de 1985, « Songs From The Big Chair »).

Enfin,on termine cette collection de singles & b-sides avec la version « promo CD » (en réalité la version démo présentée au label Mercury, avant leur signature) de « Suffer The Children » qui, avec 4 versions différentes sur ce disque, est un assez bon raccourci de l´album à paraître en 1983, « The Hurting ».

« Live Sessions »

Là ou s´arrête l´édition deluxe commencent les bonus de ce coffret collector

Edition « 30th Birthday » de « The Hurting ».

En premier lieu, une « Peel Session », datant du 1er septembre 1982, sur laquelle figurent 4 titres : en ouverture, « Ideas as Opiates », version piano et percussions (la guitare n´apparaissant que plus tard !) pour une version plutôt intimiste, ensuite c´est « Suffer The Children » (assez proche de la version définitive, mais sans les chœurs, remplacés par du synthétiseur), suivi de « Prisoner » dans une version synthé/boîte à rythme (cette dernière est présente sur les 4 titres, Tears For Fears n´ayant pas encore de batteur attitré !). Les synthétiseurs sont toujours présents, puis c´est « The Hurting », dans une version grandiose, pour ne pas dire sublime !

En second, une « Jensen Session » (Kid Jensen est l´alter ego de John Peel sur la BBC) avec « Memories Fade » en introduction, version minimale, l´un des meilleurs titres de « The Hurting », une autre version de « Prisoner », sans grande surprise comparée à celle du « John Peel show », voire reproduite à l´identique, suivie de « Start of the Breakdown », et à nouveau « The Hurting », le titre phare de l´album. En bonus, 2 titres enregistrés live et parus sur l´édition limitée du 12 » « The Way You Are » (novembre 1983),a lors inédit et en « free 7 », « The Breakdown » et « Change ».

Ce que l´on peut reprocher à ce type de sessions, c´est aussi ce qui fait sa force, à savoir des titres à l´état brut, sans fioritures ni arrangements quelconques.

« In My Mind´s Eye », le DVD :

Enregistré en 1984 à l´Hammersmith Odeon et comprenant la majeure partie de « The Hurting » (excepté « Watch Me Bleed »), ainsi que quelques titres alors inédits (« Mother´s Talk », « The Working Hour » ou « Head Over Heels »), ainsi que « We are Broken », dans sa version revisitée.

À noter la présentation sous forme d´effets video très typés années 80 (on peut ne pas aimer), un bon concert néanmoins !

En résumé,un superbe coffret (comprenant 2 livrets) pour fêter les 30 ans de la sortie de « The Hurting » (dans le top ten des meilleurs albums de cette décennie!) des excellents Tears For Fears, un classique du genre ! Dommage que la magie ait disparu dès l´album suivant de 1985 !

Sur le net : www.tearsforfears.net

* * *

CURRENT 93/HÔH

« Island » est un disque à part dans la (très) longue discographie de Current 93 : fruit d´une longue et intense séance de travail et d´enregistrement réalisée entre 1986 et 1991, spécialement en Islande, avec des musiciens presque exclusivement locaux, ce laborieux album est issu d´une d´une collaboration de longue haleine et de longue date entre David Tibet et HÔH (Hilmar Ôrn Hilmarsson), rencontré au sein de Psychic TV (le bureau de l´industriel, comme dirait Tibet !), lorsque ce dernier jouait des cloches (tibétaines) dans le groupe de Genesis P.Orridge.

La collaboration entre HÔH et David Tibet n´est pas nouvelle, puisqu´en 1987 était sorti ce qui devait être un album solo du leader de Current 93 : The Aryan Aquarians, sur lequel HÔH jouait principalement de la batterie ! Ici, peu ou pas de batterie, juste quelques percussions éparses, et l´on retrouve HÔH au clavier (basse et harpe) sur des titres à teneur ambient, voire dark, dont les textures sont empruntées à ce qui donnera son premier album « Children of Nature » (une musique de film).

Ici, aux côtés d´HÔH, un certain Godkrist (ancien guitariste de Björk) et cette dernière qui assure les vocaux sur un titre  hanté, « Falling », qui ouvre l´album. La plupart des titres étant chantés (voire sussurés) par un David Tibet en grande forme (comme sur « Anyway People Die »), 2 autres voix féminines venant lui prêter main forte : Asa (sur le Enya-esque « Dream of a Shadow of Smoke ») ainsi que Rose Mc Dowall (sur le jazzy « Paperback Honey » et aux choeurs dans « Fields of Rape & Smoke »).

Œuvre à la fois intimiste et apocalyptique, ce disque est un chef d´oeuvre absolu de musique « dark ambient » aux paysages oniriques d´une étrange beauté à couper le souffle !

A noter un titre à part, « Crowleymass », qui dénote quelque peu de l´ambiance sombre de l´album par son côté « dansant » et presque « happy », qui fera l´objet d´une version maxi single en 1987, ici présenté dans 2 versions différentes ainsi que 2 inédits : « I arise », un titre long et répétitif sur lequel on retrouve HÔH derrière les fûts , datant de l´époque d´«Imperium », et l´anecdotique « As For The Over Side » (sous-titré « Christmassacre »), un instrumental de mauvaise facture ou l´on retrouve HÔH et ses comparses Islandais dans une sorte de pantomime.

Le maxi étant à l´époque sorti en vinyle sur le label Maldoror, un autre héros récurrent (avec Aleister Crowley) de David Tibet.

Et sur le web, www.davidtibet.com

* * *

THIS MORTAL COIL « Dust & Guitars » [TAD 3X23 CDJ] (Import 4AD-USA)

À l´origine CD bonus du coffret TMC BOX1 (la box set comprenant les 3 albums de This Mortal Coil réenregistrés et remasterisés à partir des bandes originales par le boss-ex 4AD- Ivo Watts Russell), ce CD de raretés et d´inédits est désormais disponible (via le 4AD US store) à un prix exorbitant (il en va d´ailleurs de même pour cette fameuse box présentée sous forme d´import japonais avec Obis !).

« Dust & Guitars » est une compilation de singles jamais alors édités en format CD ouvrant sur le classieux maxi de 1983 « Song to the Siren » (reprise de Tim Buckley chantée ici par Elizabeth Fraser de Cocteau Twins), avec ses glorieuses 9´ de mix de « Gathering Dust/16 Days » (2 titres de Modern English), ainsi que la reprise de 16 Days sur lesquelles se produisent Liz Fraser et Gordon Sharp (Cindytalk) dans un affrontement vocal hors du commun ! On retrouve ce dernier sur le single suivant : « Kangaroo » et « It´ll End in Tears », tirés de l´album éponyme de 1984 avec pour la 1ère fois l´apparition d´un synthétiseur DX7 dans les crédits ! (joué par Simon Raymonde des mêmes Cocteau Twins).

Suivent « Come Here My Love » et « Drugs », 2 extraits de l´album suivant « Filigree & Shadow » de 1986 disponibles à l´époque sur un 25cm (10 »), puis le monumental « Acid, Bitter & Sad » qui figurait sur la compilation «  Lonely is an Eyesore » de 1987. On termine avec 2 titres restés inédits : « We Never Danced » (de Neil Young ) chanté par les sœurs Louise et Deirdre Rutkowski et « Thaïs », un instrumental qui concluait « Filigree & Shadow », dans une version dub assez planante sous titrée « Birds of Paradise ».

Si vous ne trouvez pas sur le net le coffret This Mortal Coil (limité à 1500 exemplaires « worldwide » !), qui est un pur joyau de design, vous pourrez vous rabattre sur les 3 albums sortis séparément (en version Obi également!) et remasterisés, et pourquoi pas vous offrir en bonus ce « Dust & Guitars » car si vous trouvez le prix de ce coffret exorbitant, la somme des 4 disques n´excède pas le prix de celui-ci !!!

À noter enfin que cette compilation est dédicacée à Pallas Citroën, muse de 4AD et modèle des pochettes de This Mortal Coil.

L´adepte