BLITZ!

Test Dept. : MATERIA PRIMA (Dept.1)

Materia Prima

Cet album de TEST DEPT ne contient que six titres pour une durée de 40 minutes. À part dans leur discographie, ce disque est simplement inclassable !!! Effectivement, pas de date de parution et très peu d´infos au recto de la pochette. On apprend que cet album sert en fait de base de travail (matière première) à des prestations live enregistrées entre 1986 et 1989 pour divers shows en Hollande, Italie, Finlande et Danemark.

La première face se compose de 3 titres « ambient » aux noms tribaux de «Land Rites », « Firedance » et « Pipe And Didgeridoo ». Ici, les percussions se font rares, excepté sur le 2ème morceau, une version studio d´un titre live du nom de « Daemonomania ».

Pas de voix non plus, excepté sur la 2ème face où le titre « More of Everything » contient des boucles de voix samplées sur le titre « Fuckhead » de l´album de 1986 « The Unacceptable Face of Freedom ». « Apocalypse » et « Funeral », qui clôturent l´album en beauté, sont dans la continuité avec des séquences musicales épiques à couper le souffle. Le dernier titre, notamment est un duo piano/trompette très sombre et magnifiquement interprété. L´album, paru sur leur propre label (en édition très limitée!) est un pur joyau de musique contemporaine.

The Art Of Noise : "INTO BATTLE WITH THE ART OF NOISE" (ZTT/Salvo# 2011)

Art of Noise

The Art Of Noise, ou « L´art du bruit », du nom du manifeste de l´italien Luigi Russolo, indispensable pour tous les apprentis chimistes de la musique industrielle ! Ici, pas question de perceuses, marteaux piqueurs ou autres bidons. Non, c´est plus simplement ce que l´on pourrait qualifier de « bruit organisé », autrement dit de la musique. Ici, c´est la boîte à rythmes qui est mise en avant, alors que quelques synthétiseurs et autres séquenceurs rôdent également. Mais le plus intéressant reste le travail minutieux effectué sur le sampler, alors utilisé pour la première fois sur une œuvre musicale. Le sampling ou « échantillonnage » est leur marque de fabrique. Il permet, entre autres de modifier les paramètres du son tel que le timbre ou la hauteur. Les possibilités d´un tel « instrument » pour celui qui sait s´en servir sont juste énormes.

Sur la 1ère partie de cette réédition en CD figure l´« albumette » parue en 1983 sur laquelle on trouve les classiques « Beatbox » et « Moments In Love », entrecoupés d´instrumentaux courts et concis à la frontière de la musique industrielle.

Après 18 minutes (d´où le nom d´albumette), on passe à la 2ème partie du CD, intitulée « Worship » allant encore plus loin dans l´expérimentation. On y retrouve des démos et versions alternatives de l´album « Who´s Afraid of the Art Of Noise » à paraître en 1984.

Avec une mention spéciale pour « Diversion 5 », une relecture de « Beatbox », ainsi que « Movement of Desire », une version différente de « A time For Fear », le titre le plus « bruitiste » d´Art Of Noise à ce jour.

Des 27 titres d´« Into Battle... », l’auditeur ne se remet que difficilement tant le travail sur les différents « bruitages » est intéressant.

À mi-chemin entre musique expérimentale et pop de bonne facture, voie que le groupe développera par la suite après son départ de ZTT (label créé par le producteur Trevor Horn et le journaliste musical Paul Morley, les têtes pensantes du concept Art Of Noise, et découvreurs du groupe Propaganda).

L’adepte